Free Cooling Direct et Water Cooling : quelle méthode choisir pour les salles de TLC et les centres de données ?

 

Il existe différentes méthodes pour prévenir la surchauffe et maintenir au frais les locaux techniques tels que les centres de données et les salles de télécommunications. Les éléments clés de ces procédés sont l’air et l’eau.

 

En général, tous les équipements informatiques sont refroidis à l’air : toutes les parties de l’équipement absorbent l’air de l’environnement et expulsent la chaleur à l’extrémité de l’échappement. Comme, par exemple, un centre de données peut contenir des milliers d’appareils, il existe de nombreuses voies de circulation de l’air chaud à l’intérieur de celui-ci, qui représentent ensemble la production totale de chaleur perdue du centre de données. Une chaleur qui, comme nous l’avons dit, doit être évacuée.

 

Examinons de plus près les différentes méthodes de refroidissement : tout d’abord, il convient de noter que de nombreuses personnes dans l’industrie n’apprécient pas la solution de refroidissement à l’eau à un tel point qu’elles s’opposent à sa mise en œuvre.

Les risques du water cooling

La plus grande crainte est qu’un serveur « grille » à cause d’une infiltration d’eau. Les systèmes de refroidissement à eau peuvent fuir abondamment si la conception est mal imaginée, ce qui provoque un désastre hydrique dans les locaux techniques.

 

D’autre part, il ne faut pas sous-estimer la possibilité d’une erreur humaine : les statistiques sur les causes des temps d’arrêt dans un centre de données indiquent que dans 80% des cas, ils sont dus à une erreur humaine. L’eau est un solvant universel. En fonction du temps, elle est capable de modifier l’état de n’importe quel type de surface, y compris les pièces métalliques.

 

Il suffit de dire que les systèmes d’extinction des incendies dans la plupart des locaux techniques ne contiennent pas d’eau ; dans de nombreux cas, les dommages causés par cet élément peuvent être plus importants que ceux causés par le feu.

 

En outre, un système de refroidissement à eau implique un certain nombre d’autres installations telles que des tuyaux, des blocs de refroidissement (plaques froides) reliés à chaque élément à refroidir, un réservoir, une pompe et un filtre.

 

Il n’est pas difficile d’imaginer ce que signifie le nettoyage régulier d’un système de refroidissement à eau (qui utilise peut-être l’eau d’une rivière et nécessite donc une filtration spécifique, compliquée et coûteuse). En outre, l’entretien d’un tel système est complexe car il faudra retirer périodiquement le liquide.

 

Un autre inconvénient est que, très souvent, la conception des cartes mères, des ordinateurs de bureau et des serveurs n’est pas adaptée aux systèmes à base de liquide, mais repose sur des systèmes à air avec des ventilateurs de refroidissement.

 

En bref, ce procédé est beaucoup plus coûteux à bien des égards que, par exemple, le simple nettoyage des ventilateurs par aspiration.

L’utilisation de l’eau dans le Free Cooling Indirect

En free cooling indirect, l’eau froide est également utilisée pour disperser la chaleur dans les locaux techniques, en la canalisant vers la CTA (centrale de traitement d’air).

 

Et même dans cette solution, l’un des inconvénients provient du fait que, lorsque la température ambiante baisse, l’humidité de l’air augmente. De la condensation peut alors se former sur les surfaces froides, avec la possibilité de corrosion et d’égouttement.

 

Un scénario qui peut être évité en déshumidifiant (partiellement) l’air avant qu’il ne soit fourni. Cependant, la déshumidification nécessite des températures de l’eau plus basses que celles qui sont normalement possibles. Il peut donc être nécessaire de mettre en marche la climatisation ou la ventilation mécanique. Cela entraîne des coûts supplémentaires et une consommation plus élevée.

La meilleure solution : Le Free Cooling Direct

Nous parlons du système le plus intelligent et le moins cher pour les salles de refroidissement comme les télécommunications et les centres de données. Il collecte l’air froid de l’extérieur et le redirige vers les locaux techniques, de manière totalement gratuite et écologique.

 

En quoi consiste le Free Cooling Direct et comment fonctionne-t-il ? Vous en saurez plus dans cet article.

 

En bref, l’air extérieur à température plus basse remplace l’air intérieur chaud.

 

Il est facile de voir comment cela peut avoir un effet positif sur l’économie. En n’utilisant que de l’air provenant de l’extérieur, il n’y a pas de coûts supplémentaires dûs à l’utilisation de systèmes consommant de l’électricité.

 

En plus de ne pas affecter l’environnement, par rapport à un système de refroidissement à eau, le Free Cooling Direct nécessite un entretien extrêmement réduit, et le système lui-même gère l’activité de l’échangeur de chaleur selon la température de l’air extérieur.

 

De plus, les problèmes d’humidité, de corrosion et le risque de fuites ou d’égouttements importants sont totalement éliminés.

 

Si vous avez des questions ou souhaitez obtenir plus d’informations sur nos services, n’hésitez pas à nous contacter!